L'équilibre fermentations / putréfactions au niveau du côlon

Nous avons indiqué que la digestion des aliments au niveau du côlon engendrait :

  • des métabolites acides à partir des sucres par le processus de fermentation (côlon droit) et
  • des métabolites alcalins à partir des protéines par le processus de putréfaction (côlon gauche).
Ces deux processus sont antagonistes, c’est-à-dire incompatibles : tant que le processus de fermentation n’est pas achevé, le processus de putréfaction ne peut pas débuter. En fait, bien qu’on ait tendance à parler de flore colique en général, les bactéries de fermentation qui assurent la digestion des sucres sont fondamentalement différentes des bactéries de putréfaction qui assurent la digestion des protéines.

Lorsque les bactéries de fermentation, dont l’environnement naturel est légèrement acide, atteignent le côlon transverse dont le pH est alcalin (pH = 8), elles sont détruites. Leurs parois sont lysées et libèrent une grande quantité de protéines dans le milieu. Ces protéines s’ajoutent à celles apportées par l’alimentation pour stimuler le développement de la flore de putréfaction. De leur côté, les composés acides résultant de l’action des bactéries de fermentation sont partiellement réabsorbés par la muqueuse colique (côlon transverse).

L'équilibre fermentations / putréfactions au niveau du côlon

Les amines toxiques résultent de la décarboxylation de certains acides aminés, par actions d’enzymes bactériennes (décarboxylase). La plupart de ces amines exercent une action vasoconstrictrice (réduction du diamètre des vaisseaux) : histamine, tyramine, cadavérine, putrescine, mercaptan ; d’autres donnent une odeur caractéristique aux selles (scatole, indole issus du tryptophane).

Un acide aminé est une molécule organique possédant un squelette carboné et deux fonctions : une fonction amine basique (-NH2) et une fonction carboxylique acide (-COOH). Les acides aminés sont les unités structurales de base des protéines et des protides. La décarboxylation d’un acide aminé correspond à couper la fonction carboxylique de la molécule initiale, donc à laisser l’amine seule.

Le fonctionnement du côlon est étroitement lié à l’équilibre acido-basique de ce segment. Une variation des valeurs de pH aura pour conséquence automatique un déséquilibre des flores coliques, avec dysfonctionnement des fonctions de nutrition. Et logiquement, le ré-équilibrage de la flore colique passe nécessairement par la prise en compte de l’équilibre acido-basique du tractus digestif.